Scintigraphie

scanner

La scintigraphie osseuse

Le squelette est un tissu vivant. En effet, l’ensemble du squelette se renouvelle en permanence. Là où les contraintes mécaniques sont les plus fortes, l’os est produit plus rapidement et en quantité plus importante. De plus, en cas de fracture ou d’inflammation, l’os se répare et fabrique de l’os nouveau très rapidement. Ce mécanisme de renouvellement de l’os est appelé « remodelage osseux ».
Le radiotraceur osseux injecté pour une scintigraphie osseuse est capté par l’ensemble du squelette. Les zones du squelette où le remodelage osseux est augmenté vont capter le radio-traceur plus avidement que les autres régions osseuses.

La scintigraphie myocardique

Le but de cet examen est d’explorer la vascularisation et la fonction du muscle cardiaque.
L’examen est en général couplé à une épreuve d’effort ou une épreuve dite de stimulation « médicamenteuse ».
Indication de l’examen :
Cet examen peut être réalisé dans le cadre du diagnostic de maladie coronarienne, en cas par exemple, de douleurs thoraciques atypiques ou bien dans le cadre du bilan chez un patient diabétique qui présente des facteurs de risque cardiovasculaire.
L’examen est également indiqué dans le cadre du suivi chez un patient aux antécédents d’infarctus du myocarde, de dilatation des coronaires ou de pontage aortocoronaire.
Arrivée à jeun de matières grasses dans le service (prendre un petit déjeuner léger : biscotte, pain, confiture, jus d’orange, tisane).
Arrêt éventuel, des médicaments 48h avant l’examen selon prescription du médecin traitant.
Prévoir la disponibilité de la journée, pour la bonne conduite de l’examen.
L’examen est indolore.

La scintigraphie thyroidienne

Elle permet l’obtention d’une «carte fonctionnelle » de la glande thyroïde, permettant de préciser sa taille, sa situation dans la région cervicale et son fonctionnement. L’examen permet ainsi de déterminer quelles sont les zones de la thyroïde fonctionnant normalement, de manière excessive ou insuffisante (par exemple nodule « chaud », nodule « froid »,…).

 

La scintigraphie à la recherche du ganglion sentinelle

Cet examen est demandé par votre chirurgien pour faciliter le repérage du premier ganglion de la chaine ganglionnaire pendant l’opération pour votre lésion mammaire : ce premier ganglion est appelé le ganglion sentinelle.
Le chirurgien a prévu d’examiner plus précisément ce ganglion sentinelle.
Le principe de l’examen est d’injecter au niveau du sein, un produit qui va se fixer dans le premier ganglion qu’il rencontre sur son passage ; en général ce ganglion est situé dans l’aisselle.
Le fait que ce ganglion soit repéré par l’examen scintigraphique ne préjuge en rien du caractère sain ou malade du ganglion.

pics

La scintigraphie pulmonaire

Cet examen est demandé par votre médecin pour rechercher des anomalies de la ventilation et /ou de la perfusion pulmonaire ou pour compléter des explorations fonctionnelles respiratoires.
Il est indiqué dans les situations :

La scintigraphie FEVG

Cet examen est demandé par votre médecin pour mesurer certains paramètres de la fonction cardiaque, en particulier la fraction d’éjection ventriculaire gauche. Cet examen peut être indiqué dans l’évaluation de certaines pathologies cardiaques et également dans le cadre de la surveillance d’un traitement anticancéreux.

La scintigraphie rénale à l’EDICIS ou DTPA

C’est un examen qui étudie la fonction des reins et permet l’évaluation du caractère fonctionnel ou organique des anomalies de la jonction pyélo-calicielle ou vésico-uretérale.

La scintigraphie rénale au DMSA

C’est un examen qui évalue la fonction relative de chaque rein, en particulier dans les uropathies avec reflux vésico-uretéral. Il est indiqué particulièrement dans le diagnostic des pyélonéphrites aiguës et la recherche de « cicatrices » rénales (pyélonéphrites chroniques).

fibre